Pourquoi externaliser une partie de son S.I ?

Les opérateurs télécoms alternatifs ont besoin d’un S.I performant qui doit être maintenu sur les points techniques, fonctionnels, juridiques et structurels.

Par définition, le système d’information est un ensemble organisé de ressources qui permet de collecter, stocker, traiter et distribuer de l’information (source wikipedia)…

Parfois développé from-scratch par une petite entreprise devenue pérenne, le maintien du S.I peut devenir trop lourd en interne. Il en va de même pour des entreprises installées depuis des années qui ne souhaitent plus maintenir certaines briques et allouer des ressources sur d’autres projets.

L’un des axes les plus lourds pour les opérateurs de services est celui de la facturation, cette dernière répondant à des normes légales et techniques complexes qui peuvent pousser à l’externalisation.

Des problématiques légales...

Les factures éditées par les opérateurs télécoms sont lourdes et le législateur n’a pas lésiné. Que ce soit les détails d’appels que l’opérateur doit anonymiser, les annexes de facturation indiquant le détail global des communications vers les différentes destinations (1) ou encore le détail forfait par forfait (2).

Le cadre légal évolue également, que ce soit par le biais de la loi anti-fraude à la TVA par exemple ou encore via de nouvelles normes spécifiques aux opérateurs comme le Roam Like at Home.

Afin de maintenir les systèmes de facturation, au-delà de la technique, il faut donc effectuer un travail de veille juridique qui a un coût.

facturation CDR, analyse VoIP, mobile mvno

...Des problématiques de temps et maintien...

La détection des fraudes est un enjeu majeur des opérateurs de services. Ces derniers ne souhaitent pas que leurs clients subissent un piratage de leurs téléphonie de grande ampleur. Sachant que les Clients sont généralement réticents à payer la fraude, rejetant la faute sur… l’opérateur qui lui fournit les services.

Dans le cas où l’opérateur a créé un système de détection, afin de protéger le client, l’opérateur de services se doit de maintenir sa liste de préfixes ainsi que la base RSVA (08XX) à jour. C’est un travail de veille et de paramétrage quasi-quotidien qui s’avère coûteux à l’année pour son maintien.

Si l'opérateur n'a pas mis en place une détection des fraudes, il devra veiller à ce que ces informations soit à jour tous les mois (au risque de générer une mauvaise facturation).

détection des fraudes

...Et des problématiques de coûts...

Enfin, l’opérateur de services doit stocker et gérer l’ensemble de ses CDR (lire l’article) sur une durée de 13 mois. Le stockage en ligne d’information impacte l’OPEX d’une entreprise. L’opérateur est loin d’être épargné par ces coûts, surtout lorsqu’il a une stratégie de croissance basées sur la multiplication des données (MVNx, wholesalers, centre de contact, UCaaS).

Ces trois contraintes (légales, temporelles et financières) peuvent pousser les opérateurs à externaliser leur partie billing. Encore faut-il que cela facilite leur gestion quotidienne

...Qui poussent à une externalisation de la facturation télécoms

Avant toute chose, il faut penser à la bascule des données. En effet, pour qu’un logiciel tiers puisse facturer les données encore faut-il qu’il puisse…. Récupérer ces données de facturation !

CFAST a mis à disposition des API très poussées. L’opérateur pourra ainsi se connecter et pusher l’ensemble des informations (fiches clients, catalogue, grille tarifaire, packages et bundles de chacun des clients) permettant une intégration facile et rapide.

Une fois l’interconnexion faite par l’opérateur, il définira ses règles de gestion de données entre son S.I et CFAST. Il pourra, s’il le souhaite, continuer à piloter l’ensemble de son activité via son S.I principal. Il ira une fois par mois générer la facturation périodique sur son CFAST.

L’opérateur peut choisir d’éditer les factures avec CFAST puis de réintégrer en comptabilité les données de facturation.

Certains préfèrent maintenir la génération de factures via leur S.I principal. Ainsi ils auront « seulement » la valorisation des factures sur leur CFAST et ils peuvent réimporter en un clic l’ensemble des informations dans leur S.I principal pour facturer leurs clients.

publié le 28/11/2018

interco-si

Inscription newsletter